Transformation à Yellowstone

Un petit groupe de personnes qui ne se connaissent pas visite le parc de Yellowstone. C’est l’occasion pour elles non seulement de faire de magnifiques photos, mais surtout de se ressourcer auprès de la Nature. Les rencontres entre les humains, le fait de devoir vivre ensemble, et le rapprochement avec les animaux et la nature vont les amener à réfléchir sur eux-mêmes.

Le livre est court, mais a l’avantage de se lire facilement. Tout y est : humour, amour, dépaysement… C’est un livre qui peut faire grandir tout le monde, adolescents comme adultes, avec deux niveaux de lecture différents.

Demain les chats

Bernard Werber, 2016-2021

Dans cette œuvre en trois parties, Bernard Werber présente le monde à travers le point de vue d’un chat, et offre une réflexion sur la société humaine : nos relations, le bien et le mal, la technologie y sont abordés. On trouve également des leçons de politique ou de morale.

Synopsis :

Suite à une guerre civile, la civilisation humaine s’effondre. La peste s’installe et les rats commencent à envahir toute la surface du globe.

L’héroïne, la chatte Bastet, qui essaye de communiquer avec sa servante (sa maîtresse humaine), étant persuadée de la supériorité des chats sur les humains, rencontre un chat de laboratoire équipé d’un port USB implanté dans son crâne, et qui peut accéder aux connaissances des Humains via Internet. Ensemble, et avec des humains proches, ils vont organiser la résistance contre les rats.

Idées directrices :

– mieux communiquer

– inventer sa propre genèse et réécrire l’histoire

Demain les chats se termine sur une note d’espoir en faisant communiquer les humains et les chats qui ont pour projet de refonder une civilisation plus saine.

Sa majesté des chats : se termine sur New-York envahie. Pas d’espoir en vue.

La planète des chats : se termine sur une note d’espoir. La communication et la compréhension de l’autre sont fortement mises en avant, même si c’est le thème depuis le début.

Clins d’œil à d’autres livres :

Demain les chiens : outre le titre, on retrouve l’apport de la technologie pour donner la parole aux chiens, puis le thème du remplacement de la civilisation humaine par une autre espèce, proche de l’Homme (dans le sens ou les chiens, comme les chats, ont l’habitude de côtoyer l’Homme).

La planète des singes : l’œuvre tend vers l’idée du remplacement de la civilisation des humains vers une autre espèce animale. Il est évoqué la mise en cage des humains pour les montrer à d’autres espèces animales, comme dans un zoo. Comme dans l’œuvre de Pierre Boulle, on a une satire de l’humanité.

Les théories évolutionnistes développées par Pierre Boulle dans « La planète des singes » conduisent à penser qu’en cas de pandémie, ce ne seraient pas les singes qui domineraient, car trop proches des humains, mais plutôt les rats. Cette idée est reprise par Bernard Werber dans cette œuvre.

Références à l’œuvre de Bernard Werber lui-même :

Les principaux renvois font référence à la fameuse trilogie des « Fourmis » :

– un envahissement par les fourmis est possible. Si ce n’était qu’une possibilité, dans cette œuvre, l’envahissement est réalisé par les rats, et devient réalité.

– Le code de démarrage d’un drone est le n° 103 683, numéro de la fourmi héroïne du livre « Les fourmis » paru en 1991. À ce propos, les chats représentent la 103° tribu, nombre qui commence également par 103. Un des héros est le petit-fils d’Edmond Wells, maintes fois cité dans l’œuvre de Werber.

– C’est également une trilogie

– thème de l’animal plus fort que l’Homme.